Utilisez le fret fluvial artisanal pour transporter vos denrées
17 août 2018

Nos fournisseurs

Viticulteurs, fabricants de bières artisanales, transformateurs de produits de la pomme (cidres, poiré, jus de pomme, vinaigre), de conserves et de confitures, nos producteurs mettent le résultat de leur travail à votre disposition via notre boutique. Leur souci est d’aller au-delà d’une production respectueuse de l’environnement et de votre santé en participant activement au développement de solutions de transport alternatives plus sobres en énergie. Retirer des camions des routes en organisant l’utilisation de transports fluviaux et le covoiturage de leurs produits du quai au lieu de consommation. Ils sont situés sur notre territoire et vous pouvez les découvrir ici.

EPICERIE

Association Le Bateleur
Au Bateleur, les idées sont dans l’bocal ! Le Bateleur est une Conserverie associative qui a fleuri en 2010 sur le site d’Ardelaine à Saint-Pierreville en Ardèche. Passionnés par l’univers sans fond du bocal, et par conséquent, par ce qu’il y a dedans, l’équipe du Bateleur s’est mise à élaborer une gamme de conserves : les bocaux locaux. Pour cela, elle travaille à la mise en place d’un réseau de producteurs principalement en Ardèche et Drôme, à qui elle achète des matières premières brutes qu’elle transforme. Tout ce travail est complété par la création d’une étiquette originale pour chaque produit. Le Bateleur a élaboré une gamme d’une soixantaine de recettes dont la majorité est sous mention Nature & Progrès. L’association est un des affréteurs historiques d’Alizarine les plus fervents depuis 2015.

La Ferme Bio d’Antoine est une ferme située à 80 km au sud de Paris dans la vallée de l’Oeuf labellisée Bio européen et BIO AB. Elle produit des lentilles vertes et différents types d’huile (caméline et colza).

ES Vinaigrerie
Sylvain PETIT travaille à nous faire découvrir ma passion pour le métier de «saucier» ou «vinaigrier», métier aujourd’hui pratiquement disparu. Le vinaigre existe depuis que l’alcool existe, on retrouve les premières traces de son existence vers 3000 avant JC en Mésopotamie.
Le vinaigre ne fut pas toujours dédié à l’assaisonnement, il était déjà employé par Hippocrate en 400 avant JC pour soigner ses patients. Cette utilisation thérapeutique est utilisée jusqu’au XIIIème siècle dans les léproseries, période à laquelle on voit se développer l’industrialisation de la production de vinaigre.
“Nous avons décidé de faire revivre et redécouvrir ce métier oublié en produisant un vinaigre aux qualités organoleptiques différentes, selon la méthode orléanaise. Aujourd’hui, nous apportons un soin tout particulier et quotidien à notre produit dans une éthique irréprochable.”

Graine de choc
En septembre 2017, Béatrice Maire, chef d’entreprise, chocolatière autodidacte découvre la féverole sur le stand de la coopérative Agora lors d’une manifestation agricole.
Après quelques échanges avec un des responsables, elle repart avec 5 kg de graines dans l’idée de les cuisiner.
Pour information la féverole est une légumineuse cultivée en France. Cette culture a connu ses heures de gloire dans les années 2000 – 2010 lorsqu’elle était exportée en Égypte pour la consommation humaine. En France cette légumineuse n’est utilisée que pour l’alimentation animale. Hors depuis quelques années le commerce avec l’Égypte est quasiment réduit à néant, ce qui entraine la disparition de cette culture faute de déboucher alimentation humaine.
Après une première dégustation sous forme de purée salée, Béatrice associe la féverole avec du sucre et une pointe de vanille et obtient une « tartinade » très onctueuse, au goût proche de la crème de marron, qu’elle appelle «crème de féveroles».
Puis vint ensuite l’idée de l’associer avec du chocolat, Béatrice obtient alors un prémisse de pâte à tartiner : le Tartimouss ! était né.

La ferme de l’Aulne d’Alune en Ardèche avec les confitures de châtaignes d’Arlette et Gaston
“Châtaignes et Clède”. La châtaigneraie marque l’identité de notre territoire et fait partie du patrimoine paysager et économique. Le châtaignier, surnommé “l’arbre à pain” a nourri des générations entières de cévenols ; l’arbre est apprécié pour son bois, ses feuilles et les qualités gastronomiques et diététiques de ses fruits, sans oublier le miel que les abeilles tirent de ses fleurs.
Ramassées en automne, les châtaignes sont utilisées fraîches, transformées ou mises en clède°, cette activité qui a été en déclin reprend de la vigueur sous l’impulsion des castanéïculteurs et du PNR des Monts d’Ardèche. °clède vient de l’occitan “cleda”, la claie,
et désigne le plancher à claire-voie qui reçoit les châtaignes à sécher.

BOISSONS

Verger de la Dagueneterie
Joël et Dominique CRISON sont producteurs de cidre et de poiré bio certifiés AB en Normandie, près d’Alençon. Joël est l’un des plus fidèles soutiens du Canalien, il a participé au rachat du bateau (ex-Alizarine) et avait fait transporter 10 palettes de sa pourtant modeste production en 2017. Joël est également un ACTIF COVOITUREUR des produits que transporte le bateau, notamment les vins de Faucheurs Volontaires et les vins du Mas d’Intras, et il sera point-relais des produits de notre boutique.

Volcelest, la Brasserie artisanale de la Vallée de Chevreuse
Emmanuel REY, brasseur, travaille ses bières certifiées AB avec passion. Il vous accueille avec plaisir à sa brasserie des Yvelines pour déguster ses bières et découvrir les secrets de sa fabrication. Depuis 10 ans Emmanuel échange régulièrement des bouteilles de sa bière avec Denis, du Mas d’Intras… c’est ce qui l’a amené à proposer sa bière dans notre boutique “fluviale”.

Mimouna, la citronnade normande 100% Bio et artisanale.
Nabila Namoune, habitante de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen (Seine-Maritime), a créé Mimouna, des citronnades bio et artisanales, inspirées de recettes de sa grand-mère qu’elle dégustait quant elle était enfant à Constantine en Algérie.
Les citronnades Mimouna sont 100 % artisanales, sans conservateurs, colorants, ni arômes, bio et fabriquées en Normandie. Les ingrédients : du jus de citron, des feuilles de menthe, du sucre de canne et de l’eau. « Et beaucoup de soleil », s’amuse Nabila.

Les citrons viennent de Sicile et la menthe du sud-ouest de la France. La production est effectuée au verger de la reinette, situé à Préaux-du-Perche (Orne), avec qui un partenariat a été engagé. Une première salve de 3 000 bouteilles de 25 centilitres a été produite en septembre 2018. L’opération a duré une journée.
« Aujourd’hui je suis très fière de partager cette citronnade normande », confie, enthousiaste, Nabila.

Mimouna, qui est un prénom arabe, signifie « la chance est avec toi ».

GAEC du Ronceray
Marc et Christophe DELAMARE produisent du jus de pommes artisanal, au sein de leur exploitation agricole normande “la Ferme Évasion”, à partir des fruits de leur verger hautes tiges.
Ils ont à cœur de produire un jus de qualité. Ainsi, toutes les étapes (ramassage, tri, lavage des fruits, pressage mécanique, ainsi que la mise en bouteille) sont réalisées manuellement.
Le jus est donc élaboré sans pesticide, sans colorant, sans sucre ajouté et sans conservateur. Un pourcentage variable de jus de poires (<7%) peut entrer dans le constitution du jus en fonction de la production du verger.
Après ouverture, le jus se consomme rapidement  et se conserve au frais. L’absence de conservateur peut entraîner un changement de couleur normal du jus après ouverture.

Distillerie du bateau – l’Alambic des Monts d’Ardèche
Les fruits et les plantes mis en œuvre dans les eaux-de-vie et les liqueurs de Julien et Tiphaigne ont poussé dans un rayon de 30 kilomètres autour de l’alambic. Quant à l’eau qui l’alimente, elle coule d’une source en amont de la machine. Ce choix du tout local correspond à une double volonté : travailler avec des fruits qui « goûtent » le terroir ; faire alliance avec de petits producteurs.
Comme un grand vin, une eau-de-vie artisanale porte la couleur de l’année : les aléas climatiques, l’ensoleillement qu’ont connu les fruits, les conditions de la récolte…
« On travaille avec ce qui advient dans la nature, on ne cherche pas à reproduire à tout prix les saveurs des années précédentes, c’est ce qui fait la richesse d’une production artisanale. »
C’est ici qu’interviennent la sélection des fruits – mûrs à point et prêts à être dégustés –, le soin apporté à l’élaboration des moûts, et enfin le procédé de distillation.

Un savoir-faire de la diversité.

VINS

Domaine Grégory GUILLAUME
Greg, l’excentrique épicurien, collègue et … charmeur est un petit producteur d’Alba-la-Romaine, installé en 2011 sur 3ha. C’est naturellement aux côtés d’Utopie et d’Urfée, ses deux juments, que Greg, aux allures de cowboy du Farwest, travaille ses terres ardéchoises de la jolie vallée de l’Ibie. Aucun intrant n’est ajouté lors de la vinification, tout est naturel, typique et aromatique ! Le mode de culture est en bio certifié Ecocert. Les vin sont vinifiés sans aucun intrant, même pas de sulfites. Les vignes sont situées sur des terres argilo-calcaires. Les rouge sont vinifiés en semi carbonique puis élevés en futs et les blanc sont pressés directement puis vinifiés et élevés en futs. Greg a fait transporter son vin vers Paris par Alizarine / le Canalien dès 2015 et suit de près son aventure.

Côtes de la Molière
Bruno qui assure la relève de la 6ème génération de vignerons dans sa famille a été rejoint en 1989 par Isabelle. En 1999, Bruno s’intoxique gravement à cause d’un insecticide et là, ils décident tous les deux d’arrêter toute utilisation de produits chimiques de synthèse dans les vignes. Le passage en bio est brutal mais vital. Bruno réapprend son métier. Il dit même en avoir changé. Labour, tonte de l’herbe, pioche, traitement à base de tisanes de plantes. Le domaine est officiellement certifié en Bio depuis 2002 et sera certifié en Biodynamie en 2018 avec Demeter. Fidèle affréteur du bateau Alizarine depuis 2015.

Mas d’Intras
Géré par deux cousins, Sébastien et Denis, le domaine exploite 25 ha et emploie 5 personnes en CDI. Suite à deux sévères intoxications en 1985 et 1998, Denis décide d’arrêter l’emploi de produits chimiques dès 1998, ce qui conduira à la certification AB de 100% du domaine en 2009. Fervent acteur de la transition et de la sobriété énergétique, le Mas d’Intras a été l’un des premiers et des plus assidus affréteurs de l’Alizarine dès 2015 et aussi l’un des covoitureurs de produits “Fleuve de Liens” les plus actifs avec Joël CRISON.

Domaine de la Barotte
Bien qu’issus d’un milieu familial aujourd’hui encore hostile à la viticulture biologique, Laurence et Sylvain sont des convaincus et mordus du bio. Sylvain a même acheté deux chevaux percheron pour travailler une de ses parcelles. Ils sont aussi parmi les premiers affréteurs de l’Alizarine, et aujourd’hui comptent bien continuer avec le Canalien. Produits certifiés AB.

La vrille et le papillon
Un œnologue désireux de devenir vigneron…..Méryl, l’enthousiasme de sa moitié…..Géraldine, l’incroyable enchaînement de circonstances… Et la folle envie de vinifier ses raisins en terre ardéchoise, berceau de sa famille… C’est ainsi qu’un papillon est venu se poser sur une vrille de vigne. En 2012, le projet devint installation, en 2014 on s’épanouit sur 5 Ha se Syrah, merlot, cabernet sauvignon, viognier, grenache et ugni blanc. Dans le respect des sols, de la qualité des ressources en eau et de notre écosystème, les vignes sont menées en Agriculture Biologique, la vinification est la plus naturelle possible, en levures indigènes, peu ou pas de sulfites sont ajoutés. Le vin n’est ni collé, ni filtré, pouvant laisser un léger dépôt au fond des bouteilles.

Domaine du Mazel
Le Mazel, entre frère et sœur.
“En Ardèche méridionale et calcaire, au sein de la bien nommée Vallée de la Vigne, nous prenons soin du sol, de la plante, du dégustateur, de nous et de notre héritage viticole familial en pratiquant une viticulture et une vinification saines, sans apport chimique et sans sulfite… mais avec beaucoup de passion !

Depuis les vendanges (manuelles, en petites caisses)jusqu’à la mise en bouteille, nous cherchons à vinifier nos vins le plus naturellement possible : SANS apport chimique : 100% levures indigènes, 0% vitamines, enzymes… SANS sulfites (ces vins sont à conserver à une température inférieure à 14°). Tous les déplacements des liquides se font par gravité (jamais de pompages). Bien sûr, ce type de vinification implique un mode de culture respectueux du sol et de la plante : griffonnage, pas de désherbant chimique,ni d’insecticides, ni d’anti-pourritures, aucun apport d’engrais chimique et de petits rendements afin de récolter une vendange saine et équilibrée.”

Domaine des Vigneaux
Plus on avance dans les années, plus on prend conscience que la nature fait bien les choses et même plus !! Nous avons évolué avec le temps et nous nous sommes rapprochés de l’idée que faire du vin, être vigneron, ce n’est pas simplement travailler sa vigne, récolter son raisin et vinifier son vin. Nous avons choisi d’adopter la biodynamie ; cela nous a permis de nous rendre compte quelle influence et quel poids avait la « Nature » sur tout ce qui nous entoure et combien il fallait la protéger pour pouvoir léguer à nos enfants une terre saine et riche sur laquelle ils pourront vivre sainement.

Champagne Pierre Charlot
Pierre CHARLOT est un jeune fou de biodynamie, mais refuse tout label. Il ne cherche pas à gagner de l’argent, mais à faire du mieux possible avec des moyens respectueux de l’environnement. La totalité de son exploitation est travailler par des chevaux, environ 1 semaine de travail par mois. Il traite ses vignes autant que possible avec des préparations de plantes, il réfléchit au mieux à l’impact environnemental et humain de son travail. Le résultat est relativement onéreux, mais permet tout juste à chaque intervenant de gagner dignement sa vie dans un contexte militant de recherche et de perfection respectueuse de la vie. Un passionné entier, humain, généreux et… passionnant !

Mas de Libian
La famille THIBON achète LIBIAN en 1670… A cette époque ils habitaient au village, Libian était un pavillon de chasse, une gentilhommière. Puis, rapidement, ils s’installent définitivement à Libian comme paysans.
Gustave (1903-2001) travaille la terre, en l’absence de son père, durant le guerre de 14/18 puis se tourne vers la philosophie. https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Thibon
Son troisième enfant, Jean-Pierre dit « papou », épouse Jacqueline (alias Ou-i) en 1974. Cardiologue, elle laissera tout tomber pour la vigne. Ils se marièrent et eurent …beaucoup de filles : Hélène,
Catherine & Cécile. Jean-Pierre décide que le vin sera l’activité principale de Libian : il construit une cave en 1970, qui sera agrandie en 1982.  Les vignes ont toujours été travaillées en culture biologique : travail du sol,
piochage à la main au printemps, cuivre et soufre…un cap sera franchi en 2005 avec la certification officielle du domaine en biodynamie. Les 3 filles, choisissent la voie du vin. Hélène et son mari Alain s’associent en 1995 à leurs parents sur le domaine.

DISTRIBUTEURS

Les 3 Poireaux
Théophane TARDY est basé à Paris, et distribue des produits issus de petites structures agricoles et artisanales privilégiant la qualité écologique et biologique de la production à la quantité. Tous ses produits sont achetés directement aux producteurs, sans intermédiaires. Il rencontre des producteurs et choisit leurs produits en tenant compte de leur manière de travailler – respect de la terre, des animaux, de l’environnement et des hommes – et de la qualité gustative de leurs produits. Il assume la part de subjectivité et d’affectivité que peuvent comporter ses choix mais la qualité demeure le critère déterminant de ses sélections. Les produits qu’il propose dans notre boutique arrivent à la voile à Rouen par l’association TOWT.

Coopérative Andines
Andines est une plateforme commerciale de produits alimentaires et d’artisanat issus des quatre coins du monde (France, Europe et tous les continents). La démarche unique d’Andines réside dans son respect d’un principe simple : le commerce, activité humaine nécessaire et utile à tous, part avant tout d’une relation humaine.
Concrètement, cela signifie qu’Andines bâtit des filières commerciales où tous les hommes et femmes sont connu.e.s et respecté.e.s dans leur activités, et notamment financièrement. Des producteurs aux distributeurs, le dialogue est constant et empreint de compréhension mutuelle. Andines parle d’ailleurs plus volontiers d’« économie équitable » dans la mesure où ses activités et méthodes de travail, au-delà de la finalité commerciale, défendent un véritable idéal de société marqué par l’équilibre et la prise en compte des réalités de chacun.e.